Absence remarquée du président Marzouki au Congrès national contre la violence

Absence remarquée du président Marzouki au Congrès national contre la violence

Par -

Moncef Marzouki - photo (leskoop.com)Le Congrès national contre la violence et le terrorisme prendra fin aujourd’hui après deux jours de débats chauds et intenses et après une journée inaugurale marquée par l’entrée théâtrale de Adel Almi et le retrait non moins remarquable de sept partis dont Ennahdha et le CPR.

Malgré la participation de nombreuses personnalités, de 70 partis politiques et de 300 associations, le président de la République s’est malheureusement illustré par son absence. Absence qui a un goût de boycott si l’on en croit les raisons invoquées par le porte-parole de la présidence de la République, Adnene Manser qui a déclaré sur les ondes de la radio Express FM, que «suite aux incidents qui ont eu lieu, hier à l’ouverture du congrès, il est très difficile pour le président de participer à cette manifestation d’autant plus, que l’invitation adressée à la présidence ne comportait aucune signature d’une quelconque partie organisatrice ou co-organisatrice».

Autre absent de taille, le Chef du gouvernement Ali Laarayedh, qui était lui aussi attendu à l’occasion de la clôture du Congrès. Aucune justification n’a été apportée à cette absence mais le retrait d’Ennahdha pourrait, un tant soit peu, expliquer cette «défection».

Commentaires: