Rached Ghannouchi : «L’assassinat de Chokri Belaid fait partie d’un plan destiné...

Rached Ghannouchi : «L’assassinat de Chokri Belaid fait partie d’un plan destiné à dissoudre l’ANC»

Par -

Rached Ghannouchi (photo - Jeune Afrique)Dans une interview accordée au journal «Acharq Al Awsat», Rached Ghannouchi a réitéré son souhait de voir se former un gouvernement élargi de salut national avant la fin de la semaine.

Dans cette interview, le président du mouvement Ennahdha affirme en substance que «la Révolution tunisienne représente un défi pour les forces destructrices à l’intérieur comme à l’extérieur du pays».
Un défi qui n’est pas étranger à l’assassinat de Chokri Belaid, selon lui. Cette élimination faisant partie des plans de ceux qui souhaitent mettre fin à l’Assemblée nationale Constituante ce qui représente un complot contre la révolution et le gouvernement, indique-t-il.

«Briser Ennahdha revient, d’après Ghannouchi, à briser la colonne vertébrale du pays, car ce parti représente le frère aîné de toutes les formations politiques».
Le président du mouvement affirme également soutenir l’initiative de Jebali «pour réformer le gouvernement», tout en précisant qu’il préfèrerait opter pour un gouvernement de salut national qui serait mieux à même de relever le pays.

Dans cet entretien, Rached Ghannouchi adresse également un appel «aux enfants de notre patrie pour se serrer les coudes et empêcher les ennemis de la révolution et les intrusions à faire échouer la révolution en faisant référence à des «forces qui voient d’un mauvais oeil la rencontre entre démocratie, Islam et modernité».

Enfin, il a surtout tenu à «rassurer les partenaires de la Tunisie à l’étranger ; dans le monde arabo-musulman et en Occident» sur la réussite de la révolution et la réalisation de ses objectifs dont la démocratie, le développement et l’union nationale avec toutes ses composantes politiques. «Nous naviguons tous dans un seul navire et ce navire n’atteindra son but que lorsque nous nous unirons. Collaborons ensemble et laissons nos haines de côté», a-t-il dit.

Selon Ghannouchi, «il n’y a pas de peuple qui possède les composantes de l’union telles que le nôtre, il doit avoir foi en Dieu et en ses enfants car la première étincelle de la liberté est partie de ce pays».

Rami

Commentaires: