Le processus de justice transitionnelle n’est pas aux standards internationaux, selon Amnesty...

Le processus de justice transitionnelle n’est pas aux standards internationaux, selon Amnesty Tunisie

Par -

Zouhaier Makhlouf (photo - MFM)Le secrétaire général d’Amnesty international Tunisie Zouhaier Makhlouf n’a pas été tendre envers le processus de la justice transitionnelle en Tunisie. Dans une déclaration faite sur les ondes de la radio Shems FM, il a jugé le processus de justice transitionnelle encore limité en Tunisie et ne répondant pas aux standards internationaux. Cette justice, tant souhaitée, n’est encore qu’au stade de «projet de loi», a-t-il souligné.

Selon M. Makhlouf, la justice transitionnelle doit se faire selon les principes de jugement, enquête et compensation. Malheureusement, aucune instance ou commission n’a encore vu le jour.

Par ailleurs, il a relevé que tous les dossiers relatifs aux malversations et fraudes ont été transmis à la commission de lutte contre la corruption en estimant qu’il appartenait aussi à une instance de la justice transitionnelle d’y trancher. Autant dire que le blocage est à tous les étages.

Par ailleurs, plus de 4000 dossiers de corruption échappent toujours au regard de la justice, selon lui, ce qui réduit la portée du processus de justice transitionnelle. Il a aussi confirmé que des milliers de prisonniers politiques bénéficient déjà de compensations matérielles pour les sévices ou maltraitances qu’ils ont subis lors des années de la dictature.

Rami

Commentaires: