La polémique Thierry Bresillon

La polémique Thierry Bresillon

Par -

Dans les affrontements entre des syndicalistes de l’UGTT et des membres de la Ligue de la protection de la Révolution, un journaliste français a suscité la polémique.

Thierry Bresillon, correspondant de Rue89 en Tunisie, s’est distingué en publiant sur son compte  Twitter, son témoignage (Màj) qui a été largement relayé sur Facebook. Selon lui, ce sont des jeunes au visage masqué qui, à partir du toit du siège de l’UGTT, à la Place Mohamed Ali, ont balancé des pierres et une chaise sur les manifestants. Et c’est à cet instant précis que ça a dégénéré.

Les déclarations de Bresillon ont suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux, certaines le traitant de rouler pour Ennahdha, d’autres le remerciant d’avoir eu le courage d’aller à l’encontre de ce que montrent des vidéos, circulant également sur les réseaux sociaux et où l’ont voit clairement et sans équivoque, qui a transformé le rassemblement des syndicalistes en une bataille rangée.

Bresillon serait-t-il pro-Ennahdha ? D’autant plus que les dirigeants du parti au pouvoir n’ont cessé de le citer pour éloigner les soupçons sur les fameux défenseurs de la révolution.

Sur son compte twitter, Bresillon confirme ses dires mais les nuance, en déclarant que son témoignage a été fait « à un instant donné« .

Thierry Bresillon n’est pas seulement un journaliste. Il est aussi photographe et consultant. Depuis 2011, il écrit occasionnellement chez Nawaat et tient surtout un blog sur le site Rue89.com appelé « Tunisie Libre« . Il y revient, à sa façon, sur tout ce qui se passe dans nos contrées depuis le départ de Ben Ali.

En passant en revue ses articles, on y remarque une objectivité rare dans l’analyse des événements. Les accusations dont il a fait objet aujourd’hui (qu’il soit pro-Ennahdha), suite à son témoignage semblent non fondées, toujours d’après ses écrits dans lesquels il critique le gouvernement après la mort des salafistes Golli et Bakhti ou encore quand les islamistes ont suggéré que la femme est le complément de l’homme.

N.B. : Thierry Bresillon nous a contacté pour préciser que dans l’ordre des événements qu’ils a rapportés, les chaises ont été lancées depuis le toit, 30 minutes après le début des affrontements.

Commentaires: