Lors d’un dîner des mille et une nuits, Larayedh interdit la manif...

Lors d’un dîner des mille et une nuits, Larayedh interdit la manif du 13 pour des raisons économiques !

Par -

C’est ce que vient de rapporter la radio Mosaique Fm. Le ministre de l’Intérieur Ali Larayedh « ne s’oppose pas à la liberté d’expression et les manifestations pacifiques, mais qu’il préfère que cette manifestation se tient dans un autre endroit pour des raisons économiques », précise la même source.

Il explique que « la décision d’interdire toute manifestation à l’Avenue Bourguiba en prévision de la célébration de la fête de la femme le 13 août prochain, a été prise pour empêcher toute perturbation de l’activité économique dans cette avenue et les rues avoisinantes qui connaissent une grande affluencependant la deuxième moitié de ramadan », rapporte la radio.

Ce n’est pas la première fois que Larayedh use de l’argument de «perturbation de l’activité économique dans cette avenue». Le 28 mars 2012, pour les mêmes raisons, le ministère de l’Intérieur avait interdit de manifester à l’avenue Habib Bourguiba. Le 11 avril 2012, deux jours après la barbarie des forces de l’ordre sur une manifestation pacifique, l’interdiction de manifester avait été levée. La réussite de la manifestation du premier mai a marqué le contraste avec l’effet de l’oppression du système de Ben Ali, encore utilisé par le gouvernement provisoire; ce jour-là aucune agression n’a été relatée et les boutiques ont fait le plein.

La coïncidence veut que ce soit lors d’un dîner de 1500 invités (selon certaines sources) dans le luxueux hôtel Golden Tulip à Gammarth organisé, hier soir, par le Parti Ennahdha que Larayedh affirme sa décision d’interdire toute manifestation à l’Avenue.

Larayedh est-il conscient que c’est lors d’un souper estimé à 60 mille dinars qu’il “crache” l’argument de “l’économie”, de perturber, pour une nuit, le chiffre d’affaires des boutiques, des cafés et des vendeurs ambulants ?

Rappelons que les organisateurs de la manifestation du 13 aout savent depuis mardi 7 août que le ministère de l’Intérieur ne donnera pas les autorisations nécessaires. Or le lendemain, l’avocate et militante des droits de l’Homme Bochra Belhaj Hmida a déclaré que la manifestation n’avait pas été interdite vu qu’aucune demande officielle n’avait été faite au Ministère de l’Intérieur ! Hier soir, Larayedh a coupé court à toutes tergiversations et réconforté ‘les membres de son parti, les ardents défenseurs des propositions de loi misogynes’.

Réagissez!

Laisser un commentaire