Télévisions nationales : Guéguerre fratricide

Télévisions nationales : Guéguerre fratricide

Par -

Ce n’est certainement pas en s’opposant pour des vétilles, des egos ou des calculs que les deux chaînes publiques sauront relever les défis. Tapis ailleurs, de sérieux concurrents les guettent.

Accusée par M. Saïd Ghzami rédacteur en chef du journal télévisé de la nationale I d’être à la solde du gouvernement en place, la réponse de la direction de la nationale 2 a été immédiate. C’est au cours de la même journée (mercredi dernier) et lors du journal télévisé qu’on nous a fait part de la vive émotion et de l’indignation de l’ensemble du personnel de la chaîne mise en cause. En réaction à de telles allégations et comme, il se doit, nous informait-on aussi, spontanément bien sûr, ce même personnel a vigoureusement protesté auprès de la Direction Générale des chaînes. C’était du moins ce qu’on nous disait, mais point d’image pour le prouver. Comme quoi on continue encore de nous la raconter sans rien nous montrer. Pour une télé et quand il s’agit d’une affaire qui la concerne directement, c’est quand même un peu fort de café ! Entre autres griefs faits par M. Ghzami à la chaîne concernée, il l’accuse d’avoir renoncé à sa vocation de chaîne des régions et de concurrencer déloyalement la nationale 1. Difficile de partager totalement cet avis quand on constate les résultats enregistrés —limités mais réels — dans ce sens malgré un manque flagrant de moyens humains et techniques dont souffrent conjointement les deux chaînes. En vérité c’est ailleurs que le bât blesse. Pourquoi diable tient-on du côté de la Nationale 2 à avoir à tout prix un journal télévisé ? Doublon pâle à tous points de vue diffusé 15 minutes avant celui du journal phare de la Nationale 1, s’il le déflore il ne risque guère de le consommer.

Souvent bâclé et parcimonieusement illustré il ne risque pas aussi de sitôt de perturber la messe de 20 heures. D’ailleurs, ce ne sont pas forcément des nouvelles qui constituent l’essentiel d’un journal, mais plutôt leur traitement et la prise en compte des préoccupations vitales des téléspectateurs qui lui assurent la fidélité de ce dernier voire son soutien quand il s’agira de le défendre une fois celui-ci menacé.

N’en déplaise à certains les progrès accomplis par le journal de la Nationale 1 indépendamment des flous-flous langagiers persistants sont incontestables. Enfin s’il y a danger ce n’est certainement pas … du côté de la chaîne cadette qui le guette. De plus en plus mieux ficelés, brefs, concis et légers, les journaux de Hannibal et Nessma TV —alors que celui de El Hiwar Ettouni pointe du nez —s’imposent progressivement en sérieux concurrents.

Assurément produit d’appel par excellence d’une chaîne, un journal ne peut à lui seul s’assurer un audimat optimum. Aussi parfait soit-il ceux qui le précèdent et lui succèdent sont à même de l’écouler à un juste prix. Tout le reste n’est qu’une question de conviction.

Slah SGHRI

Réagissez!

Laisser un commentaire