Opinion – Le fascisme wahhabite s’empare de la Tunisie

Le mouvement sectaire et anthropomorphe d'Ennahdha doté d’un statut de parti politique en dépit de tout bon sens républicain, est en tous points de vue comparables à la Milice française collaborationniste des années 39-45. Sauf que le mouvement tunisien est antinationaliste et viscéralement anti-souverainiste pour l’incompatibilité de son idéologie avec le concept de l’Etat-nation. Sinon, elle est dotée des mêmes attributs que l’organisation française: fasciste, opaque, mystique, secrète, antirépublicaine, ultra violente, antisémite, anticommuniste, anti-progressiste, autoritaire et idolâtre.

C’est pourquoi, il est de notre devoir à tous d’exhorter et mettre en garde les électeurs Tunisiens de ne pas tomber de nouveau dans le piège tendu par les traîtres et agents du wahhabisme qui se servent du sionisme comme d’un épouvantail qu’ils brandissent à chaque fois pour abuser de votre crédulité et exacerber les haines anti-juives au nom de la cause palestinienne. Le sionisme pour les islamistes fonctionne comme un exutoire destiné à créer un écran de fumée afin de détourner l’attention des gens d’explorer et de s’inquiéter de la vraie nature idéologique de l’islamisme. Celle-ci est synonyme de la félonie, de la trahison, de l’idolâtrie, la collaboration, la violence terroriste, d’archaïsme, de racisme anti-femme, de la haine de l’autre et la barbarie humaine, du totalitarisme théocratique, de l’arbitraire et des lois naturelles celles de la jungle humaine sur le modèle soudanais ou afghan voire saoudien.

Il est étonnant qu’ils puissent se faire les défenseurs de la cause palestinienne au nom du nationalisme et de la solidarité arabe alors que le nationalisme en tant qu’idéologie est prohibé par la religion elle-même. D’autant plus que les frères musulmans furent les ennemis invétérés du nationalisme arabe. Curieusement, on oublie, il est vrai que les islamistes souffrent d’amnésie pathologique et pas seulement, ce sont les mêmes sionistes qui avaient contribué en 1987 à l’essor de leurs frères islamistes du mouvement du Hamas afin de contribuer à l’affaiblissement du l’OLP mouvement laïque et multiconfessionnel. Cette tache indélébile sur l’histoire de Hamas devrait en tout état de cause les amener à faire preuve de décence et de discrétion. De même que ce sont ces mêmes sionistes qu’ils vilipendent à longueur de temps qui sont les meilleurs alliés de leur top model islamiste Erdogan. Eux, aux mains tachées de sang tunisien et vitriolant les femmes dans les années 70 comme en Afghanistan ou au Pakistan, ils se gardent de condamner le massacre du peuple syrien ou organiser des sit-in devant la Kommandantur wahhabiste à Tunis pour réclamer l’extradition du Néron tunisien, celui auquel le milicien en chef R. Ghannouchi lui doit la vie. Les vrais ennemis de la Révolution tunisienne sont les commanditaires wahhabbites - qui veulent régner sur l’Islam en maître absolu - et leurs vernis et mercenaires de la secte idolâtre et mafieuse de la Ennahdha.

Il est à noter qu’ils ont quasiment observé un silence troublant sur les péripéties politiques et militaires libyennes. La raison de leur couardise est évidente. Ils ne sauraient vitupérer leurs bailleurs de fonds qui sont en même temps les sponsors du C.N.T. libyen vassal wahhabbite. Ils auraient du s’indigner de voir les deux VRP du wahhabbisme conquérant que Sarkozy et Cameron, les nouveaux Chamberlain et Daladier, jouer une partition de très mauvais goût, affichant un triomphalisme insolent et indécent. Les vassaux islamistes tunisiens inféodés aux wahhabbites instrumentalisent les futures élections pour faire de Carthage une nouvelle principauté wahhabbite. Tout vote pour eux est assimilable à un crime d’indignité nationale, complicité morale dans les crimes terroristes imputés aux islamistes et une atteinte grave à la souveraineté du pays. Le wahhabbisme est l’ennemi du peuple tunisien et de l’Islam malékite. Voter pour ses affidés, c’est contribuer à la mort de la Tunisie en tant qu’État nation. Le fait qu’ils soudoient le petit peuple tunisien celui des mosquées et d’ailleurs avec de l’argent provenant des wahhabites, est bien la preuve incontestable que leurs préoccupations majeures sont moins la Tunisie que de contribuer à la colonisation du peuple tunisien au nom du sentiment religieux de caractère fondamentalement wahhabite. Leur félonie avérée et leur activisme prosélyte ne semblent guère inquiéter les autorités tunisiennes de transition.

Il est frappant, d’ailleurs, de constater qu’ils jouissent d’une réelle complaisance et de laxisme bienveillant de la part de la famille politique tunisienne et de toutes ces instances fantoches créées pour satisfaire le narcissisme pathologique de certains prédateurs non islamistes. Ce sont des simples agents à la solde d’une puissance étrangère dont le seul but est de wahhabiser la société tunisienne. Personne ne s’inquiète outre mesure de leur grande promiscuité et allégeance aux Saoudiens pourtant hostiles au peuple tunisien et sa Révolution. Leur mépris pour la Tunisie est proportionnel à leur soutien financier et stratégique aux islamistes polymorphes locaux. Au nom soi-disant hospitalité islamique, les wahhabites ont signifié aux Tunisiens une fin de non-recevoir quant à leur demande d’extradition du despote déchu. Le danger islamiste est tellement banalisé qu’au point que les Tunisiens ne se rendent pas compte que de par leur passivité et leur silence ils se rendent complices des agents de l’ignominie wahhabite qui n’ont pourtant jamais caché leurs sombres intentions de la mise à mort de l’unité et à l’intégrité de la Tunisie qui devra être diluée dans l’Oumma islamique pilotée par les wahhabites, et aux principes des droits fondamentaux tels que la liberté et l’égalité entre les citoyens tunisiens indépendamment de leurs croyances et de leurs sexes. Les islamistes ne sont ni patriotes, ni nationalistes, ils sont du même acabit que les miliciens français qui avaient collaboré avec les nazis. Le wahhabbisme n’est- il pas justement un État nazi ? Et les Qoutbistes, maîtres à penser du mouvement islamiste tunisien n’avaient-ils pas été les dignes nervis du IIIème Reich ?

Dr Salem Benammar

Commentaires

© 2010 - 2013 YNJ
A propos | Contact | Emplois