Report du procès du doyen de la fac de Manouba sur fond...

Report du procès du doyen de la fac de Manouba sur fond de rentrée universitaire

Par M’hamed Ben Sassi -

Procédant à l’examen de l’affaire déclenchée contre le doyen de la faculté des lettres et des sciences humanitaires, accusé d’avoir agressé une étudiante, le tribunal a décidé de la reporter au 25 octobre 2012. Cette décision est prise sur la demande de la défense qui comprend, entre autres, Maître Beji Caied Essebssi. Elle se justifie amplement sur le plan procédural. Quant à la date du 25 octobre, le report s’explique par les vacances judiciaires.

Mais sous un autre angle, elle peut compliquer la situation en ressuscitant à nouveau la crise du NIQAB avec la prochaine rentrée universitaire. De retour à la faculté, les étudiants salafistes, qui contestent la décision du doyen d’interdire le port du NIQAB dans l’enceinte universitaire, pourront démarrer l’année avec une forte mobilisation pour faire pression sur les autorités judiciaires et obtenir la condamnation du doyen à une peine corporelle. Cette peine, si l’on s’en tient au chef d’accusation, est l’emprisonnement pour un durée qui peut aller jusqu’à cinq an.

Il est appréhendé dans ce même cadre l’implication de l ’UGTE qui est d’obédience islamiste puisque dès le départ, les dirigeants de cette organisation estudiantine ont désavoué les décisions du doyen considérant qu’elles portent atteinte aux libertés individuelles et sont discriminatoires à l’égard d’une fraction des étudiants.

Il est également appréhendé la réaction de l’UGET dont les représentants sont majoritaires aux conseils des facultés. Ces derniers ne vont, certainement pas rester, les bras croisés et vont réclamer le droit aux études.

Une confrontation inter-estudiantine pourra donc avoir lieu à l’instar de celle qui a eu lieu en milieu de cette année dans un certain nombre d’établissements universitaires.

Réagissez!

Laisser un commentaire