Nahdha.org piraté par des anonymous tunisiens

Nahdha.org piraté par des anonymous tunisiens

Par -

Depuis la révolution et le débat idéologique suscité par les différentes campagnes électorales, le peuple a pris l’habitude d’assister à des manifestations et des contre manifestations, signes de désunion, alors que l’essentiel est ailleurs.

Alors que personne ne peut ignorer le rôle de Facebook et des médias sociaux, dans la « réussite » de la révolution (et la « perdition » de la période transitoire), les attaques sur Facebook, qui étaient à la base entre les pages défendant certaines idéologies et partis politiques, menées à travers des articles, des photos et beaucoup de diffamation, deviennent plus « hard » et laissent carrément place au piratage.

Après le hack de la page du parti Tahrir, le parti d’extrême droite (qui n’a pas encore eu son visa), les anonymous tunisiens continuent leur série de piratages et c’est au tour d’un autre site, Nahdha.org, proche d’Ennahdha.tn, le site officiel du parti au pouvoir Ennahdha.

On pouvait voir ce matin en se connectant sur le site www.nahdha.org « This website is fucked by Anonymous tunisia ! no justice no peace ! www.anonymous-tunisia.org NAHDHA DEGAGE ! OUT ! Gacha3 ».

Cette attaque a été bien préparée vu qu’il ne s’agit pas d’une attaque DDOS mais bien d’une attaque d’intrusion et de changement de contenu. Pour les newbies, une attaque DDOS consiste à bombarder le serveur du site web à coups de requêtes, le mettant hors système. Les attaques DDOS sont la marque de fabrique d’Anonymous en général dans le monde, vu qu’habituellement ils s’attaquent à des sites bien protégés avec les derniers pare-feu et mises à jour. La tâche des hackers tunisiens (Fallega et Anonymous) a été facilitée par le manque de professionnalisme des administrateurs de sites webs et leur manque de précautions.

La page d’accueil a été remplacée par « Tant qu’il n’y aura pas de justice, il n’y aura pas de paix, Ennahdha ceci est notre message pour toi, dégage ton temps est fini, tu n’as rien fait pour le peuple tunisien, maintenant dégage ! » avec une vidéo de l’hymne nationale.

Les anons tunisiens continuent donc à faire parler d’eux, avec une série d’attaques (sur les pages de Hizb Tahrir de Tunis, Sfax et autres). C’est la deuxième fois que Ennahdha est prise pour cible après l’attaque du site de Rached Ghannouchi par Jamba en Avril 2011, une icône de la révolution (voir notre article).

La guerre de hack continue donc, « les anonymous » prenant pour cible les pages Facebook et les sites webs de droite et d’extrême droite et « les fallegas » qui s’occupent des partis de gauche et d’extrême gauche.

Les querelles numériques s’intensifient donc et c’est à une véritable cyber guerre qu’on assiste aujourd’hui. Entre temps, ces hackers ignorent peut être que la majorité du peuple, n’ayant pas accès à internet, observe et attend !

Réagissez!

Laisser un commentaire