Elles n’étaient qu’une dizaine de «Niqabistes» !

Elles n’étaient qu’une dizaine de «Niqabistes» !

Par -

Aujourd’hui, après la prière du vendredi, et plus précisément à 14h, les passants se trouvant au centre-ville de Tunis ont eu la surprise de voir un nombre considérable de flics : BOP, d’intervention, en civil, et leurs attirails soit des 4X4 et autres véhicules, prêts à donner l’assaut sur… dix femmes portant le niqab et escortées par deux salafistes, qui seraient venus de la mosquée El Fatah, au Passage.

Ce cortège, insolite il faut l’avouer, après être passé par des artères comme l’avenue de Paris et la rue Mokhtar Attia, a pris l’avenue Habib Thameur puis la rue de Rome en direction du Passage.

Le premier groupe (les Niqabistes) avançait dans un silence absolu en brandissant des pancartes où étaient inscrits en arabe les mots «Ya doaât el houria, niqabi houriyati» («Vous qui appelez à la liberté, mon niqab est ma liberté».

D’autre part, il y a trois jours, un appel à manifester demain samedi 3 décembre, devant le siège de l’Assemblée constituante au Bardo, a été lancé pour soutenir Ennahdha. Cet après-midi, Ennahdha a précisé dans un communiqué publié sur son site qu’il n’est pas l’auteur de cet appel et demande à ses partisans de ne pas descendre manifester.

Ennahdha ou tout autre mouvement ont intérêt à calmer l’ardeur de leurs sympathisants, car au rythme où vont les choses, une manif est une poudrière en attente d’étincelle.

Commentaires: