Le billet de Hatem Bourial – Chichus et les singes

Le billet de Hatem Bourial – Chichus et les singes

Par -

Encore faudrait-il savoir de quels singes ! Chichus m’a laissé sur ma faim après sa dernière sortie… J’aime ce sobriquet de Chichus car il me rappelle l’époque de Tonton Mitterrand !

Sont-ce donc des macaques auquel cas il faudrait aussi se méfier de leurs chapardages ?

Sont-ce des gorilles forts en gueule et toujours prêts pour la castagne ?

Sont-ce des bonobos auquel cas il faudrait renforcer la prévention puisqu’ils sont porteurs sains du virus du sida ?

Seraient-ce des orangs-outangs ? Dans ce cas, pas de crainte, ils sont en voie d’extinction…

Ou plutôt des babouins ? Gare alors à leur caractère facétieux !

Comme on peut le voir, après le déluge révolutionnaire, l’arche de Noé navigue maintenait en plein zoo. Chichus, excédé, en a décidé ainsi : il a nommé un chat un chat.

Et, du coup, c’est le tollé du côté des politiciens de gouttière qui squattent notre vie politique et y vont tous de leur tumulte simiesque.

Mais ceux-là, il vaut mieux ne pas trop les écouter, car c’est connu, en matière des singeries, ils ne sont jamais en retard d’une grimace.

Car, avec eux, c’est vrai, nous voguons en pleine planète des singes avec, à la fois, Judy qui saute de tribune en karakouz et Cheatah qui danse la jungle du centre-ville.

Il ne manquerait plus que Tarzan ressuscite !

Moi, j’adore les sorties de Chichus et j’aime beaucoup notre premier ministre. J’en veux simplement aux hypocrites qui le contestent lorsqu’il prend une décision en soutenant que ce n’est pas au gouvernement intérimaire de le faire. J’en veux aux mêmes qui le harcèlent (lorsqu’il ne prend pas une décision) en invoquant l’urgence.

Je prie dès lors ces langues fourchues et ces politicards de ne pas abuser de leur monnaie de singe, car, à la longue, que véritable leur place est au cirque.

Rendez-vous donc au prochain épisode : Chichus le magnifique contre le babouin démocrate ! Et en attendant, gare aux braconniers, aux chasseurs embusqués et aux snipers cachés dans les lianes, car la chasse au singe est ouverte…

Commentaires: