Hillary Clinton : un peu pour la Tunisie et beaucoup pour Nessma et Microsoft !

La visite de Hillary Clinton aura fait couler beaucoup d’encre et allumer beaucoup de pixels. Trois faits l’ont marquée : humiliation pour des journalistes, blogueurs et forces de l’ordre, honneur pour une chaîne de télé privée et plébiscite d’une entreprise américaine.

Les journalistes ont attendu Clinton pendant trois heures au ministère des Affaires étrangères et certains ont refusé la fouille imposée par les Américains. La conférence de presse a été déplacée dans les anciens locaux du ministère des Affaires étrangères…

Mais pourquoi Hillary Clinton est-elle venue ? Pour soutenir la (nouvelle) Tunisie ? Ou pour affaires ? En tout cas, les Tunisiens garderont de cette visite le souvenir de ce talk show sur Nessma TV… Une véritable exhibition… Pas celle de Hillary mais de Microsoft et de Nessma TV.

Pour Nessma, c’est le jackpot. Cette chaîne, qui avait excellé à un certain moment, a commencé à susciter la méfiance de certains depuis l’apparition de Ghazi Karoui, un des actionnaires de Nessma TV, aux cotés de Mbazaa et Caïd Essebsi lors de leur première conférence de presse.

Le Premier ministre par intérim, le soir de sa nomination, était, comme par magie, attendu à Nessma TV et n’a pas répondu à l’invitation du président par intérim. La communication de Caïd Essebsi est actuellement assurée par Moez Sinaoui, l’ancien directeur de Nessma TV.

Nessma TV jouait-elle un double jeu dès le début : diaboliser Mohamed Ghannouchi et préparer le terrain à Caïd Essebsi ? On est en droit de se demander cela puisque le nouveau Premier ministre par intérim n’était invité que sur sa fréquence…

D’autres questions sont à poser : pourquoi Clinton sur Nessma TV, alors que c’est la chaîne du Grand Maghreb ? Est-ce le gouvernement tunisien qui l’a décidé ? Est-ce le responsable de communication (Moez Sinaoui) ou l’un des conseillers en communication (G. Karoui, actionnaire de Nessma) ?

D’autre part, il semblerait que les questions étaient préparées à l’avance, même s’il y avait une interaction avec le public. Normal, il ne faut pas oublier que c’était quand même Hillary Clinton. Mais il y avait une certaine insistance sur Microsoft. La Secrétaire d’état a cité la multinationale plusieurs fois comme exemple de coopération.

Etrange aussi que l’honneur de poser la dernière question soit revenu à l’épouse de Nabil Karoui, Salwa Smaoui qui est… DG de… Microsoft Tunisie.

La relation de Microsoft avec la Tunisie n’est pas récente. Ce que les adeptes de logiciels libres qualifiaient de « détournement de fonds » continue toujours. Mbazaa a signé le 4 mars un décret publié au JORT le 8 mars et liant trois banques à Microsoft pour un montant non mentionné mais, selon les bruits des couloirs, qui serait autour de six millions de dinars.

Il est à noter en rouge que Clinton semblait être la seule, sur le plateau, intéressée par la Révolution tunisienne et l’avenir démocratique de la Tunisie. Les présentateurs ont donné l’impression de faire du copinage. Serait-ce du tissage de relations, pour plus tard ?

Commentaires:

Commentez...