African Manager, Businessnews, Leaders et Jeune Afrique épinglés par Tekiano et Kapitalis

Il y a une semaine, dans Kapitalis, Ridha Kéfi dénonçait, dans un article intitulé « Tunisie. Ben Ali, Ben Yahmed et nous », la relation privilégiée et ô combien fondée sur les « juteux contrats de com » de Béchir Ben Yahmed et Abdelwaheb Abdallah, et aussi Oussama Romdhani ex-DG de l’ATCE.

Ancien rédacteur en chef délégué de Jeune Afrique, de 1994 à 2006, Ridha Kéfi n’hésite pas à se mouiller afin de dénoncer  » BBY et les siens, qui continuent de pérorer, émargeant sur les régimes qui se succèdent en Tunisie et dans les autres pays africains, tout en jouant, après chaque révolution ou destitution, aux vierges effarouchées « .

Aujourd’hui, la presse électronique vient à son tour d’être servie. Et c’est à Tekiano, dans un article intitulé « African Manager, Businessnews, Leaders… Ghaltouni ! » signé par Oualid Chine, que revient la palme d’or de la chasse à la sorcière.

En se basant sur des passages élogieux de l’ancien régime juste avant le 14 janvier, l’article dénonce un virage à 180 degrés des responsables de ces journaux électroniques .

Du jamais vu dans la presse tunisienne, d’autant plus que l’article en question a été supprimé par la maison mère de Tekiano suite aux réclamations des intéressés.

Ceci dit certains se demandent si c’est un règlement de compte ou une vérité qui ne peut plus être cachée aujourd’hui..

Les premiers commentaires semblent partager le même avis que l’auteur: « Oualid Chine crie fort ce que les autres pensent très bas » ou « Même si ça ressemble à un règlement de compte dans la presse électronique, il fallait que ce soit dit ! »

En attendant de trouver une copie de l’article, surement à travers Facebook, Nizar Bahloul responsable de Business news a sorti sa riposte. Va-t-on vivre une guerre des journaux électroniques ? À la fin, seule la vérité l’emportera ! En attendant, cela ressemble plus à du lavage de linge sale en public qu’autre chose..

Commentaires: