Ubuntu-tn, la médaille mais surtout le revers de la médaille !

Ubuntu-tn, la médaille mais surtout le revers de la médaille !

Par - Tunis-Hebdo


Ubuntu est un nom, une renommée mondiale et surtout une des communautés pionnières en terme de système d’exploitation Open Source dans le monde.

Sa notoriété lui a assuré une présence dans le monde entier avec des représentants regrouppés en communautés afin de transmettre leur passion.

Comme à ces habitudes, la Tunisie n’a pas dérogé à la règle et a, à elle aussi, sa propre communauté Ubuntu. Ubuntu-tn est la première communauté d’un pays arabe. Récemment, en marge de sa participation à la 6ème conférence annuelle sur les logiciels libres sous la tutelle du Ministère des Technologies de la Communication, elle a accueilli son père spirituel, Mark Shuttleworth, le fondateur du projet Ubuntu.

Depuis sa création, Ubuntu-tn a été l’une de commuanutés les plus actives en Tunisie. Des conférences ont été données dans divers établissements de la république. Lors de ces interventions, des milliers de personnes ont pu comprendre, installer et tester le système d’exploitation Ubuntu. Cependant, disons le, la communauté tunisienne d’Ubuntu ne s’est pas ouverte autant que sa au grand public désireux de faire partie de ses rangs. Au fil du temps ses décisions stratégiques sont restées prisonnières entre ses quelques membres fondateurs

Victime de son propre succès ?
Avec des débuts prometteurs dès les premiers mois, Ubuntu-tn a fait carton plein au près du public tunisien. Mais petit a petit, on a assisté à son cloisonnement et une sorte de hiérarchisation. La communauté a mis en place une structure composée de trois groupes : Ubuntu-tn community, Freedom Fighters et Management Committee. Si vous débarquez, vous devez faire un passage obligé par le premier groupe ouvert à tout le monde. Le passage au deuxième groupe est tenu par vos contributions dans la communauté. Ce groupe vous assure un droit de vote annuel afin d’élire les membres du troisième groupe.

Or, témoigner de ses contributions ouvre plus grand que la porte d’un groupe d’Ubuntu-tn. Par un processus équivalant, l’on peut devenir membre officiel à l’international et avoir le privilège des cartes de visites avec son adresse email @ubuntu.com.

Le troisième groupe de la communauté, celui des VIP, est composé par ceux qui décident en d’autres termes c’est le comité de direction. Son nom est intelligemment adouci par sa traduction.

Le système est complexe et difficile d’accès. Il a certes ses avantages en terme de sélection des meilleurs membres mais qui malheureusement donne des allures sectaires à cette communauté. Tout le secret réside dans ce mot « communauté » mais avec cette hiérarchie on sent une valorisation de la notion du pouvoir plus que la contribution.

Ceci nous amène au point le plus critique de cette situation : la contribution. Il est vrai que cette communauté est l’une des plus importantes au niveau de la Tunisie. Sommes-nous réellement en train d’en bénéficier pleinement ?

Son activité est généralement basée sur des conférences et des interventions qui se concluent par des «fêtes» d’installation du système Ubuntu. On vous assiste lors de l’installation et de vos premiers pas, sur place, pendant quelques petites heures. Mais on vous laisse sur votre faim par la suite. Là, les plus têtus d’entre nous vont y passer des semaines de recherche pour en tirer profit. La majorité lâchera et expulsera le système définitivement. Ils trouvent de c’est trop difficile à utiliser!

Il n’est vraiment pas question de la qualité des intervenants ou du nombre de ces «install party». Il est surtout question d’assurer un suivi aux nouveaux utilisateurs avec une disponibilité pour l’aide et le support.

La preuve réelle de ces propos est ce projet que Ubuntu-tn a présenté à MarkShuttleworth. Ce dernier les a chaleureusement félicité. Le projet consiste en la migration de l’école nationale d’ingénieurs de Sfax (ENIS). Aussi séduisant que son nom l’indique, le projet a vu le jour suite a un souhait de l’ENIS de faire migrer tous son matériel pour un système Open Source. La communauté Ubuntu-tn a répondu présente avec une mobilisation de ces membres pharess. Pendant 4 jours, au sein de l’école, ils ont donné des présentations, installé et configuré le système.

Mais c’est la que la sauce n’a pas pris. La migration fut trop rapide et incompréhensible pour certains, changement brusque et sans suivi pour d’autres! Et c’est là que Microsoft est intervenu en sauveur pour remettre l’ENIS définitivement à Windows.

La solution a été apportée par le Club Microsoft .NET de l’école. Venu à la rescousse, ils ont permis le redéploiment de Windows. Microsoft Tunisie est venue présenter son programme académique pour la certification des étudiants et ainsi les impreigner de Windows à vie.

L’expérience Ubuntu, qui normalement devait être incontournable et qui aurait pu ouvrir les portes à de nouveaux horizons en Tunisie pour introduire l’Open source dans le milieu universitaire, tombe à l’eau à cause d’une mauvaise gestion et une non continuité du processus.

Ne nous voilons plus la face, une bonne majorité des adeptes du système Ubuntu en Tunisie s’en tienne à une utilisation superficielle. Même ceux qui le font en professionnel le font grâce à une documentation acharnée sur le net. L’heure n’est pas au rendement de compte, mais à une prise de conscience.

Le public tunisien demande beaucoup plus de cette communauté. Il cherche à en faire partie d’une manière plus concrète que par le simple biais d’une liste de diffusion afin d’en apprendre et de contribuer à son tour.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo