L’Internet a kidnappé l’Info !

Impossible de parler de ce qui se passe sur les réseaux facebook sans parler de l’affaire Montassar, cet enfant qui a été kidnappé à la cité Olympique. Il a suffi qu’une personne communique l’information sur le réseau social pour qu’en un temps record l’information fasse le tour de la toile. Les Tunisiens ont fait preuve d’une mobilisation sans précédent.

Dans un post qu’il intitule « il faut sauver le soldat Montassar« , Primavera écrit sur son blog « pour moi c’est l’histoire d’un fils que j’aurais pu avoir, l’histoire d’une mère piquée au plus profond de son âme qui aurait pu être ma sœur, et si c’était à moi que cela est arrivé ? »

De son côté « L’univers de Nawrass » a dans son post publié la photo de l’enfant, celle des kidnappeurs et des vidéos de la mère et de sa famille.

Sur facebook un groupe « Tous unis pour retrouver Montassar » a jusqu’à samedi réuni 45000 membres. D’autres ont changé leurs photos de profil et ont intégré le groupe « mettre la photo de Montassar en tant que photo de profil ».

A lire tout ce qu’écrivent les internautes sur ces groupes on sent une vraie peine et un vrai dévouement… toute information est tout de suite relayée par tout le monde. Certains ont commencé à faire preuve de scepticisme, et on pouvait lire « ce n’est pas logique », « y a un truc louche », …

Pas mal d’internautes se sont aussi demandé « comment est-ce que les portraits robots ont été réalisés sachant que les personnes étaient cagoulées ? »… et de là toutes les versions ont commencé à être débattues.

En parallèle, et comme c’est le cas chaque fois qu’il n’y a pas de communiqués officiels, beaucoup de « fausses » nouvelles ont commencé à circuler.

Tout le monde aurait un quelqu’un qui habiterait pas loin d’un endroit où se serait passé quelque chose.
Le problème quand il y a une information qui se relaie sur le Net, c’est qu’on arrive difficilement à connaître la source initiale…et donc voila qu’on lit que les kidnappeurs auraient été retrouvés à la place Barcelone… ce qui a au même moment étonné ceux qui sont toujours sceptiques. « Ils se seraient déplacés au risque de se faire remarquer au centre-ville? » s’était demandé un facebookeur.

Et c’est à partir de l’annonce de cette nouvelle que les informations ont commencé à fuser de tous les côtés sur le Net… les médias électroniques voulaient, bien entendu, avoir le scoop avant les autres et on pouvait assister à une » guerre » d’informations qui se relayaient à une vitesse record sur la toile.
« Il a été retrouvé », « il n’a pas été retrouvé », « je le vois il rentre chez lui », « j’ai appelé et personne n’a aucune nouvelle »,… voila ce qu’on pouvait lire au même moment sur facebook.

C’est à se poser des questions sur la capacité de travail créative et l’engagement des Tunisiens… Quand ils se sentent impliqués ils peuvent devenir étonnants.

Ce qui est marrant c’est que quand certains ont annoncé que Montassar a été retrouvé, beaucoup se sont mis à s’auto-remercier et on pouvait lire des «grâce à nous», «nous avons participé», …A quoi ils ont participé ? Certes il y a eu un buzz de solidarité mais doivent-ils s’en féliciter pour autant?

Et alors que certains exprimaient leur joie, d’autres exprimaient leur tristesse à cause du pauvre petit pas encore retrouvé.

Bref, il y a de quoi avoir des migraines. ; mais ce qui est sûr c’est que quand tout cela se passait sur la toile, officiellement rien n’a été annoncé.

Il est à signaler aussi que radio Mosaïque a quand même participé à cet état de «folie» sur la toile, puisque c’était la chaine qui avait annoncé qu’on l’avait retrouvé. Là encore, alors que certains se relayaient l’information, d’autres racontaient que Shems avait démenti…et là les internautes se sont mis à insulter la seconde radio…sauf que dès que Mosaïque a démenti l’information sur Montassar, les mêmes internautes se sont mis à insulter Mosaïque.

Cela se passait vendredi, journée où normalement beaucoup de personnes devraient être en train de travailler.
Cette histoire a rappelé à certains les rumeurs qui avaient circulé il y a un an concernant un enlèvement d’enfants à Tunis ; cette affaire qui a été démentie officiellement a quand même causé un emprisonnement à une femme qui a participé à relayer l’information. Tout ça pour mettre en garde et rappeler la responsabilité qu’ont tous les facebookeurs en communiquant sur leur réseau préféré.

Commentaires: